Vicente Da Palma Corchado
vicentedapalma@yahoo.es

"Ibant obscuri sola sub nocte per umbram" (Eneïde, Chant VI)

Ces oeuvres font partie d'une série commencée sous l'invocation de ce célèbre vers de Virgile. Un vers qui m'obsède par sa métrique parfaite et ses mots calculés pour faire couler une nuit en dégradés
En autre, je me demande quelle était cette espèce de foi collective qu'il y avait en l'épique. Epique qui a érigé des civilisations entières, qui a fondé ce que nous sommes et les symboles pour nous y reconnaître. Epique qui a chanté les héros et les héroïnes comme l'absolu de l'être humain, considérée non comme le bruit de l'espèce mais comme l'humanitas qui incarne chacun de nous. Des héros qui pressentent les deux pôles entre lesquels nous sommes taillés, celui qui nous limite et en même temps celui qui nous donne notre raison d'être, entre les animaux et les dieux, entre l'instinct et l'esprit. Des héros qui supportent en totale solitude les terribles intuitions d'une nuit pré-subjective latente et sans forme, pour après nous offrir les mots pleins de sens et de clarté dont nous avons besoin pour continuer à construire.

Entre la nostalgie et le pessimisme, nous avons encore la capacité individuelle et le courage intérieur pour entreprendre le même voyage que ces héros.

Vicente da Palma Corchado